ys

alors voilà, je suis vivante. Toi tu es mort. Moi, je ne m'en sors pas, tandis que toi, tu reposes en paix. Il y a toute la famille qui parle de toi, qui t'encense, moi, je suis toujours bannie, condamnée au silence, parce qu'il ne faut pas salir ta mémoire... attouchée, laissée comme ça, à moitié, mi violée, mi saine et sauve.... avec cette remarque affable: " ne te plains pas, tu n'as pas été violée jusqu'au bout"... MAIS A QUOI AI JE DROIT! j'écume les forums, les psys, je ne m'en sors pas...