Sonia

Comme une bouteille à la mer pour en finir. Voici la lettre que j'ai écrite à mon pére et qu'il n'a jamais lu puisqu'il est mort un mois aprés que je me sois enfin décidé à l'écrire: je t'écris pour te dire enfin ce qui me ronge. Je ne sais pas si j'arriverai un jour à me sortir de ce mal etre, mais au moins, j'aurai essayé.Je ne sais pas pourquoi mais, t'écrire cette lettre me semblais insurmontable. Je dois t'avouer que je me suis longtemps demandée comment elle commencerai. C'est surement l'idée de l'entamée par "papa" : l'impensable qui m'en a empeché jusqu'ici. Ce mot est mort le jour où tu as abusé de ma confiance d'enfant.Le jour où tu as utilisé l'amour que j'avais pour toi à des fins sexuelles.Le jour où tu t'es servi de ma vulnerabilité d'enfant pour me manipuler à des fins innomables. Quand je pense à tout ca en détail , j'ai envie de vomir !...moi qui suis devenu mere, je mesure d'autant plus la responsabilité qui était la tienne et l'horreur de tes gestes de ton comportement. Tu n'es pas un pére , tu es un monstre pour moi . comment s'aimer , s'autoriser à aimer quand on sait qu'on est la fille d'un monstre ? Comment s'abandonner encore à la confiance encore , sans se dire qu'on risque sa peau ?